Historique : 14ème Fête des Moissons &

Bénédiction du nouveau Moulin

7 - 8 - 9 Septembre 2001

Depuis l’incendie du moulin, les Fêtes de la Moisson semblaient quelque peu manquer d’âme. Avec le retour du Moulin, la fête a retrouvé toutes ses sensations et un nombreux public a rallié le hameau pour participer aux festivités. " Cucurbitades ", concours de cartes, brocante, marché aux puces, barbecue géant, cuisson de pain au feu de bois, réalisation d’une meule de paille à l’ancienne, jet au pot, jet de faluches, concerts, danses, battage de la moisson à l’ancienne, apéritif, repas campagnard, sont tous inscrits au programme cette année marquée d’une pierre blanche. Au fil des ans, le concours de cucurbitacées gagne en intensité. On retrouve encore Lucien Haubourdin, avec un potiron de 69,1kg en tête du classement.

Discours prononcé par Monsieur le Bourgmestre Gilbert Deleu à l’occasion de l’inauguration du nouveau Moulin de Ten-Brielen.

"C’est aujourd’hui un grand moment dans l’histoire de notre région. En effet, tel le Phénix, le Moulin

Soete renaît de ses cendres et avec lui Baptiste Soete et tout le folklore de Ten-Brielen : la bière et

le fromage Baptiste, le pain à la farine naturelle. Grâce à cette résurrection, c’est toute une vie

artisanale aux saveurs locales, d’animations touristiques et festives qui se voient ainsi revigorées.

Conjointement aux "Journées du Patrimoine" qui se déroulent aujourd’hui dans notre pays, la porte

d’entrée de Comines retrouve ainsi son emblème et son patrimoine.

Permettez-moi de retracer maintenant l’historique du Moulin de Ten-Brielen :

L’existence d’un moulin à vent sur pivot à Comines Ten-Brielen est très ancienne. Au 19ème siècle,

nous trouvons les premières traces écrites relatant son existence le long de la chaussée de

Zandvoorde. Les chiffres 1847 sont mentionnés sur le sommier du Moulin. Les événements qui

marquent son histoire sont nombreux. Relevons qu’il fut détruit en 1914 et qu’un Moulin fut amené

d’Annappes (en France) en 1920. Certains de ses éléments sont fort anciens (rouet, daté de 1773,

issu de l’un des deux moulins-parents). Le Moulin fut victime de nombreuses agressions physiques,

juridiques et morales mais chaque fois il se relève pour mieux briller.

Le Moulin fut exploité par la famille Soete durant plusieurs générations. En 1968, devant la menace

de destruction, l’Administration communale de Comines fit l’acquisition du Moulin au dernier

meunier, M. Jean-Baptiste Soete.

Étant donné l’importance des frais d’entretien, le Collège Echevinal de l’époque avait proposé de le mettre en vente publique. C’est la Ville de Bruges qui avait offert le meilleur prix C’est alors qu’il connut une nouvelle agression physique puisque la Ville de Bruges, considérant qu’étant le plus offrant, elle en était automatiquement propriétaire et ordonna à la firme Peel (prédécesseur de la firme Thomaes) de démonter les ailes un vendredi après-midi avec l’intention de l’enlever pendant le week-end. Ayant aperçu la manœuvre, Norbert Becquaert alerta Daniel Pieters, Bourgmestre, qui, accompagné de Marcel Bauden, arrêtèrent les travaux. La Ville de Bruges, pas du tout satisfaite de cet échec, intenta une action en justice pour faire confirmer son titre de propriétaire par un tribunal. Le Moulin subissait ainsi une nouvelle agression, juridique cette fois. Le Tribunal de 1ère Instance de Tournai débouta la Ville de Bruges et maintint la propriété à la Ville de Comines. Dans la foulée de cette tentative d’enlèvement physique et juridique, un mouvement pour le maintien du Moulin fut mis sur pied à l’initiative de Cyrille Duvosquel. C’est alors que j’ai pris moi-même contact, via Robert Devos, avec Monsieur Grafé, Ministre de la Culture française à l’époque, et son attaché de cabinet, Gèrard Deprez, fut chargé de procéder à l’acquisition du Moulin pour le compte du Ministère. La cession eut lieu en 1974, l’estimation par la firme Peel de l’époque, pour le compte de la Ville de Bruges était de 5.000.000 francs. En même temps que l’acquisition, le Ministère de la Culture confia le soin de la restauration à l’architecte brugeois, M. Paul Goethals. En 1978, le moulin fut classé, grâce aux appuis de Jean-Marie Duvosquel. Les travaux de restauration débutèrent seulement en 1982. Après démontage, il fut décidé de le transporter en un endroit plus accessible et moins urbanisé, en bordure de la RN 58. La réception des travaux eut lieu en juillet 1987 (coût de la restauration : 15.000.000 Fr.).

Dans la nuit du 15 au 16 mai 1997, le Moulin Soete fut complètement détruit par un incendie, ce sont ainsi quelque 40 tonnes de bois qui se transformèrent en fumée à la grande désolation des Cominois. Cependant, en 1998, après plusieurs contacts avec la SMAP il fut décidé de procéder à sa reconstruction.

A ce sujet, il est intéressant de relever que la Ville avait pris une assurance pour propriétaire inconnu. En effet, avec la régionalisation, le Ministère de la Culture disparaissait. Il aurait été transféré au Ministère des Travaux publics et ensuite au Ministère de la Communauté française. Cependant, aucune trace de ces transferts ne fut trouvée. Finalement, c’est la Région Wallonne qui en devint propriétaire puisqu’il était implanté sur un terrain dont la Région Wallonne était propriétaire. C’est donc grâce à cette idée astucieuse d’assurance pour propriétaire inconnu et l’assurance de la Région Wallonne que le Moulin a été reconstruit à l’identique.

Le Moulin perd son statut de monument classé et le Ministère de la Région Wallonne dans son aile du patrimoine se pressa de déclasser le site.

En 1999, Messieurs Bruggeman (maître d’œuvre) et Demuysère (architecte) ainsi que la société Thomas (travaux) se voient ainsi confier la lourde tâche de faire renaître le moulin. C’est ainsi qu’après plusieurs années de travail les habitants de Ten-Brielen peuvent désormais assister à la renaissance du symbole de leur fierté patrimoniale et à son inauguration officielle ce samedi 8 septembre 2001 et entamer le nouveau siècle dans une nouvelle dynamique et un enthousiasme décuplé. Je tiens également à fonder l’espoir que le Moulin reconstruit à l’identique lui permettra de retrouver un statut de monument classé ou protégé. En tous les cas, dans notre esprit, son histoire lui vaut bien le titre de fleuron du patrimoine Cominois. Bon vent au moulin et à son meunier !"

Les Immanquables

2019

* 30 Mai

Participation au cortège de la fête de Jehan Van D'Helle à Wervicq-Sud

* 21 Juillet

Distribution de Saint -Victor

Participation au cortège des Marmousets à Comines

* 28 Juillet

Participation au cortège de la ducasse de la rue de Wervicq à Comines

* 23 Août

Participation au cortège des 5 chemins à Comines

* 6 - 7 - 8 Septembre

Fête des Moissons

* 13 Octobre

Participation au cortège

"Paradijskersmis" à Rekkem

* 31 Octobre

Cortège d'Halloween

-------------------------------------

Plus d'infos dans la rubrique

" Festivités "

La Vie au Moulin

* Octobre 2018 - Avril 2019

Trêve hivernale

Le Moulin aura le droit à des soins particuliers afin d'être comme neuf pour la réouverture

* 5 Avril 2019

Classes du patrimoine

* 28 Avril 2019

Réouverture du Moulin afin de coïncider avec la journée des Moulins de Flandres

* 14 Juillet 2019

Journée des Familles

* 7 - 8 Septembre 2019

Journées du Patrimoine

(en simultané avec la Fête Des Moissons)