Architecture du Moulin

La base : la cahute et l’estaque

Le moulin de Ten-Brielen est avec ceux d’Ellezelles, de Moulbaix, de Saint-Sauveur et de Thimougies, un des derniers représentants de type "Pivot" de la province de Hainaut. Il compte trois étages, deux cambuses, et deux paires de meules, un blutoir et un concasseur d’avoine et est très représentatif de ce qui se faisait dans le genre.

L’estaque

Fier de ses 15 mètres de hauteur environ et d’une envergure de quelque 25 mètres, il présente quelques particularités.

A sa base, l’assise en bois est posée sur quatre dés maçonnés, l’ensemble est protégé par une remise : c’est la cahute, composée de quatre murs de briques supportant une toiture de bardeaux posée obliquement.

Cet abri supplémentaire servait à entreposer des sacs, à loger le garçon meunier ou à aménager un petit atelier. C’est dans cette pièce préparée avec beaucoup de savoir-faire par M. De Campenaere, le meunier actuel, qu’il vous contera moult histoires et anecdotes, c’est aussi le début de la visite guidée. C’est aussi depuis cet endroit que le pivot ou l’estaque, s’élève jusqu’au deuxième étage. Ce pivot supporte toute la structure et la masse de l’ensemble mobile.

Le premier étage

Le premier étage est un grenier à grain, on y a établi le tarare (appareil servant à nettoyer les grains après le battage). Cet étage supplémentaire est une originalité du moulin de Ten-Brielen. L’accès se fait par l’escalier directement depuis le deuxième étage.

A l’époque cette annexe abritait également un moteur diesel, récupéré sur un camion en 1950, qui permettait de moudre même par temps peu favorable.

Le second étage

L’escalier extérieur donne directement accès au second étage.

On y trouve, dans la cambuse accolée au moulin, le blutoir qui permet d’isoler la farine du gruau et du son.

C’est encore à ce niveau que se situe le concasseur d’avoine et la bascule.

C’est aussi à ce niveau que l’on retrouve le régulateur à boule

Aide précieuse du meunier pour le réglage de l’écartement des pierres des meules.

Le troisième étage

Le troisième étage est celui de la meunerie, on retrouve les meules, qui permettent de transformer les grains en farine.

Lorsque le moulin vibre de sa puissance, les meules de deux tonnes chacune tournoient sans cesse, ce qui permet de transformer le blé en quelque 2 tonnes de farine les jours de bon vent. C’est à ce niveau que les ailes font tourner le grand axe qui actionne les deux rouets et les deux paires de meules. Le rouet à l’avant est muni d’un frein servant à bloquer les ailes.

Il permet également d’actionner le " tire-sac " dont les mouvements peuvent être contrôlés manuellement, grâce à la roue à fourchons. Un jeu de poulies et de roues à gorges facilite les manipulations des sacs. C’est au travers de trappes aménagées astucieusement dans les planchers que les sacs circulent d’étage à étage.

C’est avec une force de 90 à 100 chevaux que les ailes fendent l’air et transmettent leur énergie aux deux paires de meules.

La Vie au Moulin

* Octobre 2018 - Avril 2019

Trêve hivernale

Le Moulin aura le droit à des soins particuliers afin d'être comme neuf pour la réouverture

* 5 Avril 2019

Classes du patrimoine

* 28 Avril 2019

Réouverture du Moulin afin de coïncider avec la journée des Moulins de Flandres

* 14 Juillet 2019

Journée des Familles

* 7 - 8 Septembre 2019

Journées du Patrimoine

(en simultané avec la Fête Des Moissons)